PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL

EL PALLARS SOBIRÀ

L’AVENTURE ANCESTRALE

Le Pallars Sobirà, c’est une terre d’aventures. Vivant à l’ombre du col de la Bonaigua au rythme trépidant de la rivière Noguera Pallaresa, ce district conserve l’essence des Pyrénées d’antan. Perché sur les sommets et dominant les vallées, chaque village a su maintenir l’esprit qui l’a rendu unique dans l’histoire. Cimes, gorges, lacs et hameaux en pierre sombre qui se fondent dans le paysage se conjuguent pour offrir une destination de premier ordre. Au cœur de toute cette beauté naturelle, on peut y lire entre les lignes une âme noble et forte qui a forgé un patrimoine immatériel empreint d’un caractère de montagne à la fois fort et sensible. L’héritage reçu de génération en génération se perçoit dans chaque conversation, dans chaque mot du Pallars, tel un survivant de la culture la plus ancestrale. L’aventure nous dévoile l’âme pyrénéenne du Sobirà.

Le voyage

Nous percevrons ainsi le calme des vallées du Sobirà bercé par le son hypnotique des eaux de la Noguera Pallaresa. Tout semble tranquille, mais il suffit d’un rien pour que tout se mobilise soudainement. Au cœur des Pyrénées, les rassemblements populaires prennent des allures de retrouvailles. Amis, voisins, cousins qui vivent loin et autres membres dominants de la hiérarchie familiale nous invitent à leur table à l’ombre de l’église. Il s’agit d’un rituel que l’on répète avec dévotion à chaque fête patronale. On ne se lasserait jamais des longs repas pendant lesquels les uns et les autres se racontent des histoires ayant traversé les générations. Une trentaine de rendez-vous marquent le calendrier secret des habitants du Pallars avec les rassemblements de Sant Beat en février, ceux de Buiro, d’El Soler, de Santa Maria d’Àneu, de Santa Maria d’Arboló, de Sant Jaume d’Arestui ou de Sant Miquel de Roní en mai, ou encore ceux de Sant Beado de Cerbi et d’Esplà de Gerri à la Pentecôte. 

Les incontournables

Rassemblements populaires dans les ermitages et les sanctuaires.
Majoritairement en mai.

Pallars sobirà Patrimoni immaterial

Si les rassemblements nous permettent de découvrir un Sobirà festif riche en célébrations, souvenirs partagés et bonne recettes, les Falles (descente aux flambeaux) nous dévoilent un district propice à la réflexion, au culte et au mystère. Cette fête du feu nous rappelle que c’est une terre de croyances très anciennes peuplée de gens qui honorent les dieux et la mère Nature. De juin à juillet, les falles de la Saint-Jean d’Isil et d’Alins, de la Saint-Pierre de València d’Àneu, ainsi que celles d’Alòs d’Isil nous offrent une nuit inoubliable passée à suivre le flot des Pallaresans qui, armés de leurs flambeaux, rendent hommage à leur identité la plus profonde. Purifiés par le feu de joie et à l’abri de la place et du village, il ne nous reste plus qu’à nous livrer à la musique et à la fête qui viennent compléter le rituel.

Falles de la Saint-Jean d’Isil (descente aux flambeaux).
23 juin.

Pallars sobirà Patrimoni immaterial

Falles de la Saint-Jean d’Alins (descente aux flambeaux).
23 juin.

Falles de la Saint-Pierre de València d’Àneu (descente aux flambeaux).

Falles d’Alòs d’Isil (descente aux flambeaux).
Premier samedi de juillet.

Pallars sobirà Patrimoni immaterial

Totalement dédié au tourisme toute l’année, ce district conserve un lien fort avec l’élevage et l’agriculture. Nous savons désormais que les habitants du Pallars sont attachés aux traditions ancestrales, comme en témoignent les nombreuses foires qui nous rappellent qu’à l’automne il est temps de faire descendre le bétail des montagnes. Une quinzaine de rendez-vous marquent le calendrier de l’économie la plus authentique, qui sert aussi de vitrine pour les produits agroalimentaires les plus secrets. En témoignent l’exposition de fromages artisanaux de Sort à Pâques, la Foire des métiers et artisans de Rialp début juin, la Petite foire de la Saint-Jean et la tonte des moutons aux ciseaux de Sort à la même date, la Foire Caliu d’Esterri d’Àneu fin juin, la Foire au fer des Pyrénées d’Alins en juillet, celle de Santa Teresa d’Esterri ou encore celle de Tírvia en octobre. Ainsi, de village en village, par monts et par vaux, nous savourerons la charcuterie, les fromages, les produits laitiers et la viande typiques du Sobirà, nous découvrirons l’artisanat donnant forme au bois et nous apprendrons à cuisiner à la manière traditionnelle de nos ancêtres, mais qui sait aussi innover en mettant les produits locaux à l’honneur. L’un des moments magiques idéaux pour savourer la gastronomie du Sobirà est à vivre lors du Carnaval. Des communes comme Àreu, Espot, Esterri, Gerri, Lladorre, Llavorsí, Rialp, Ribera de Cardós ou Sort se livrent aux festivités les plus débridées de l’année en remplissant les rues de couleurs, de joie et de débauche, le tout couronné d’une calderada populaire à base de plats typiques du Carnaval. Un menu puissant qui nous rappelle l’attachement de ce coin des Pyrénées à ses racines.  

Foires agricoles.
En automne.

Pallars sobirà Patrimoni immaterial

Carnaval d’Àreu, d’Espot, d’Esterri d’Àneu, de Gerri de la Sal, de Lladorre,
de Llavorsí, de Rialp, de Ribera de Cardós et de Sort.

Pallars sobirà Patrimoni immaterial

Le patrimoine culturel immatériel du Pallars se dévoile également dans toute sa splendeur lors des fêtes patronales. Chaque village conserve une tradition qui fait la fierté des générations qui l’ont maintenue vivante. Danses nuptiales traditionnelles, recettes ancestrales et dévotion aux saints patrons. Ces manifestations d’une culture qui constitue l’âme du district sont à vivre et à découvrir  à travers de nouveaux rendez-vous tels que Dansàneu, le Festival de musique de Rialp, le Festival Esbaiola’t, le Festival Lo Lumener ou le Bal de la Morisca de Gerri, qui nous transportent à une autre époque. L’histoire vit ainsi à travers une danse pratiquée par des générations entières d’un terroir resté intact.  

Fêtes patronales.

Bal de la Morisca de Gerri de la Sal.
Fin août.